L'histoire du château

L'histoire du château

Histoire du Château d’Hassonville par Paul de Borman



Hassonville était jadis le siège d’une cour de justice de la cour féodale de Laroche.
Dépendance d’Aye, elle est aujourd’hui rattachée à la ville de Marche-en-Famenne.

Les auteurs font unanimement état de Hubert de Waha, Chevalier, comme premier titulaire de la cour d’Hassonville en 1356.
Dès le XVè siècle cette terre sera liée à l’importante et à la toute proche seigneurie de Humain, prairie du comté de Laroche. C’est donc par le biais des seigneurs de Humain qu’il devient possible d’identifier les tenanciers de la cour d’Hassonville, ces fiefs de Laroche ayant eu les mêmes titulaires pendant une longue période de l’histoire.

Ceci mène à Messire henri Botier de Fexhe vers 1450. Sa fille Catherine de Fexhe se marie vers 1455 avec Jean I de Boulant. Jean II de Boulant, fils aîné des précédents, est l’héritier présomptif de Humain avec la Cour d’Hassonville. Un de ses 3 fils, Robert de Boulant devient seigneur de Humain d’Hassonville.
Après la mort de son fils, Lamoralde Boulant, décédé sans enfant, la seigneurie d’Hassonville attirait bien des convoitises.

Jehenne de Boulant peut enfin ramener dans son patrimoine la seigneurie de Humain et d’Hassonville, qu’elle apporte à son mari Jean Richard de Scönenbourg. En 1602, ils cèdent Humain et Hassonville à un parent : Gérard de Schwarzenberg. A sa mort les biens passent à son frère Edmond.

Après la ruine d’Edmond de Schwarzenberg (+1656), les biens passent à Jean de Jemeppe puis à un de Ville qui vend à Messire Charles Gauthier de la Veranderie, Gouverneur de Marche pour la somme de 1000 florins le 16 août 1686.

Depuis 1675 la ville de Marche est occupée par les troupes de Louis XIV.
Louis XIV, dit-on, charmé par le site, ordonna à messire de la Veranderie d’édifier à Hassonville un pavillon de chasse. La construction est élégante, le site plein de charme, le parc – rapporte la légende -  dessiné par un assistant de Le Nôtre est immense.

Le roi- soleil n’y séjourne pas et 5 ans plus tard, Hassonville est vendu à Jean François Belhoste pour la somme de3.806 livres, 17 sols, 2 deniers.
Par héritage la seigneurie revient en 1766 à Jean François Remacle de Belhoste, seul seigneur d’Hassonville. C’est lui qui planta l’allée de hêtres, dont quelques exemplaires existent toujours.
Un de ses 7 enfants, Maximilien de Belhoste (1760 – 1845) sera le dernier du nom à habiter Hassonville qu’il légua à son neveu Frantz de neunheuser.
En 1857, Neunheuser vend Hassonville avec ses 650 ha à Paul Alphonse Henry (1812-1897). C’est lui qui entreprit une modernisation du Château, plaçat le chauffage à air chaud, ajouta une serre et apporta des aménagements aux appartements.

Charles Henry, fils unique (1844 Aye – 1922) succède à son père et obtient pour lui et ses fils en 1908, l’autorisation d’adjoindre à leur nom patronymique celui de “de Hassonville”.

En 1911, la propriété est vendue au Baron Ferdinand Drion du Chapois. Lorsqu’en 1986 la seule descendente vivant toujours au Château décide de le vendre, c’est la famille Rodrigues – Van Eyck qui l’acquiert.
Elle effectue d’important travaux pour ouvrir la même année un hôtel-restaurant avec 13 chambres.
Quelques années plus tard les annexes sont entièrement restaurées pour y abriter 7 chambres supplémentaires.
La totalités des grands travaux entamés en 1997 sont terminés début 1999.
Une salle de connextion entre les bâtiments a été construite avec un nouveau hall d’accueil. La cuisine est annexée au Grand Pavillon – Restaurant situé dans la verdure. Sous ces nouveaux bâtiments une cave à vins climatisées est ouverte.

Le Château d’Hassonville est prêt pour le troisième millénaire.